À propos

Qui suis-je ?

Gwendoline Aubert Sculptures

Qui suis-je ?

Je suis née le 27 octobre 1978 à Calais dans le nord de la France, et je vis dans la région lilloise depuis 2003.

Manuelle depuis mon plus jeune âge, c’est cependant à un poste commercial  dans les univers du design, mode et décoration que je commence ma carrière pendant une quinzaine d’années. Avec l’arrivée de la maternité, un changement de vie et de priorités s’est imposé. Depuis quelques années, je me dédie uniquement à ma passion, la sculpture dont j’ai fait mon métier.

Démarche artistique

Démarche artistique

Formée au travail du volume sur différents supports tels que le papier mâché, le béton cellulaire ou l’argile, c’est dans le travail de la terre que je trouve mon plus grand plaisir. La découverte de cette matière a été une révélation. La terre m’apaise, me ressource, me permet de m’échapper pendant quelques heures, dans un état semi méditatif. Le temps n’a plus d’emprise, le cerveau se déconnecte de tout ce qui le parasite. Et quand les mains se mettent à parler, c’est là que sortent les plus belles réalisations.

J’imagine que c’est lié à l’essence même de la matière, cette terre mère nourricière qui nous permet l’ancrage. En elle, je retrouve les mêmes sensations qu’avec la puissance des éléments, la mer et le vent qui balaient les côtes de mon enfance et me donnent à la fois énergie et apaisement.

 Les heures passées à étudier le modèle vivant et l’anatomie du corps humain me confèrent un attrait particulier pour ce thème que je mets en scène dans des positions où le corps est mis en valeur (danse, sport…), mais aussi dans les sentiments qu’il exprime (amour, maternité…). Le corps parle, exprime une émotion, un langage secret et intime qui n’est pas exprimé par la parole. Parfois le spectateur le ressent…

Inspirations

Inspirations

Mon travail est influencé par la recherche de réalisme. Outre les grands maitres classiques, j’admire le travail de contemporains comme Philippe Faraut pour la perfection de reproduction du sujet et ses connaissances anatomiques pointues, nécessaires à la recherche du « vrai ». J’aime également le travail moderne d’un Richard Orlinski dans le volume, le jeu d’angles, de facettes et la couleur pour sa difficulté de réalisation. Enfin les félins, puissants et majestueux de Patrick Villas, avec une terre travaillée au doigt pour un aspect brut, résonnent en moi par leur attitude à l’apparence extérieure apaisée mais sous laquelle brûle la vivacité, et dans laquelle je retrouve les traits de mon caractère.

Je suis également inspirée par la richesse des voyages que j’ai pu faire, que ce soit les sons, les couleurs, les émotions. Je suis amoureuse de la nature, de l’humain, de l’ailleurs. La sérénité, les émotions, le partage, le dépassement de soi sont des maîtres mots de ma personnalité. 

Enfin, mon travail personnel de recherche de couleurs, avec des patines aux cires et pigments subliment mes réalisations en leur apportant des nuances changeantes et une profondeur. Cela invite le spectateur à chercher au-delà de la couche superficielle ce que nous révèle tout artiste, ce que nous exprime le sujet, et ce qui est caché au fond de lui-même, le spectateur, si une résonance se produit…

Je continue à me former régulièrement auprès d’autres artistes afin de me perfectionner et découvrir aussi d’autres techniques liées au travail de la terre, (Kintsugi, Raku, Obvara, Neriage…) afin de pouvoir transmettre mes connaissances à ceux qui veulent découvrir ces disciplines.

Et puis quotidiennement l’inspiration vient à travers les contacts, avec vous, spectateurs des expositions, avec les élèves qui sans cessent me challengent, m’amènent à me remettre en question, à pousser toujours plus loin les expériences et les connaissances. Merci à vous qui me faites avancer…